Matthieu 8, v5-13 « Dis seulement un mot … Pouvoir absolu de la Parole »

Dimanche 23 janvier 2011 – par Valérie Mitrani – Culte d’Installation du Conseil de la Fédération Protestante de France

 

Chers amis, chers Frères et sœurs,

Vous connaissez certainement l’expression « Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es ».

Aujourd’hui à l’écoute de ce passage de l’évangile de Matthieu, on pourrait dire « Dis-moi ce que tu crois, je te dirai qui tu es et quel est ton Dieu » Et en ce qui concerne le centenier de cette histoire, sa foi et son Dieu sont curieux, je dirai même inhabituels -me semble-t-il- pour les protestants que nous sommes. En effet, ce centenier a du pouvoir. C’est un homme d’autorité habitué aux relations hiérarchiques dans lesquelles il est à l’aise et qu’il trouve justifiées. Pour lui, un chef est un chef et un subalterne, un subalterne. La parole d’un chef est obéie, c’est d’ailleurs ce qui la caractérise. Un chef ne parle pas pour ne rien dire et quand il parle, sa parole est immédiatement suivie d’effet. Le centenier reconnaît en Jésus un chef, aussi il se comporte à son égard comme envers un supérieur.

C’est le centenier qui se déplace vers Jésus, pas l’inverse. Et quand Jésus lui dit « J’irai (sous-entendu chez toi) et je le guérirai (ton serviteur) » le centenier répond : « je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; dis seulement un mot … »

Dis seulement un mot … Pouvoir absolu de la Parole quand elle est dite par le chef. La parole de celui qui a autorité agit.

Le centenier parle à Jésus qu’il considère comme son supérieur. Il ne lui demande rien. Il lui présente la situation. Il l’informe du problème. Pour lui, dans ce domaine, c’est Jésus le chef donc sa parole agira. Sa parole suffira. Sa parole suffit. Jésus n’a pas à se déplacer.

Dis seulement un mot …

Curieux, non ? cette compréhension de l’autorité de Jésus ?

Curieux surtout pour nous protestants, tellement habitués à insister sur l’abaissement de Jésus ; pour nous citant si facilement et si fréquemment l’hymne aux Philippiens : « … Jésus-Christ, lequel existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur … il s’est humilié lui-même … »

Inhabituelle cette compréhension de l’autorité de Jésus du centenier pour nous prêchant souvent et à juste titre un Christ traversant les frontières, allant à la rencontre, au contact, supprimant à jamais la distance et les obstacles qui séparent les hommes de Dieu.

Et bien cette christologie, cette foi n’est pas celle du centenier.

Pour lui la parole de Jésus a autorité pour remettre debout, pour apaiser, pour guérir. Donc cette parole suffit, pas besoin d’en faire davantage.

Dis seulement un mot …

Et Jésus parle, agit selon la foi du centenier. Il ne va pas chez lui. Il ne voit pas le serviteur paralysé et souffrant beaucoup. Il ne le touche pas comme il a touché auparavant le lépreux ou la belle-mère de Pierre ensuite. Il dit seulement un mot : « Va… » Il agit selon la foi du centenier. « Qu’il te soit fait selon ta foi …ta foi à toi … pas celle d’un autre, ta foi de centenier »

Qu’il te soit fait là où tu es, selon ce que tu es.

Loué soit le Christ, Frères et sœurs !

Gloire à notre Seigneur qui a cette totale liberté. Il n’agit pas selon des critères préétablis. Il ne parle pas selon des principes. Il parle et agit en fonction de ce que nous sommes au plus profond de nous-même, en fonction de notre histoire, de notre psychologie, de notre situation personnelle.

Et cela peut bousculer nos théologies et nos christologies … cela peut les remettre en question … cela nous aide à ne pas en être trop tributaires.

Christ ne nous parle pas et il n’agit pas envers nous en fonction d’une théologie réformée, baptiste, pentecôtiste, luthérienne, évangélique, libriste, catholique, orthodoxe, adventiste … que sais-je encore ?

Il agit et parle fondamentalement et en premier lieu à l’homme, à la femme qu’il a devant lui, tout simplement dans l’incontournable vérité du réel de sa vie.

Et c’est une vraie bénédiction pour chacun et chacune d’entre nous. C’est une vraie bénédiction pour tout homme.

Grâce à cette liberté et cette autorité du Christ, nous pouvons avec confiance et espérance dire et témoigner devant les autres et avec eux de ce que Dieu fait pour nous.

Amen !