Matthieu 5. 13 – 20 et Esaïe 58. 1 – 12 « L’influence chrétienne, le sel et la lumière »

Dimanche 9 février 2013, par le père John Moore

 

Introduction
Aujourd’hui, nous avons le privilège d’examiner une question très importante : quelle différence les Chrétiens peuvent-ils vraiment faire dans le monde ? En d’autres termes, est-ce que leur présence et leurs actions ont de l’effet ?

À première vue, c’est avant tout une question d’évangélisation. Si nous regardons le monde dans lequel nous vivons, la plupart des pays sont aujourd’hui de plus en plus pluralistes, tant en termes de race que de religion. Le Christianisme, l’Islam, les religions anciennes, les cultes modernes, la laïcité et le matérialisme sont tous en compétition pour l’âme de notre pays et de notre société. Qui va être l’ultime gagnant ?

Mais c’est aussi une question sociale et culturelle. Les Chrétiens sont-ils vraiment en mesure d’influencer les pays dans lesquels ils vivent, afin que les valeurs et les normes du Royaume de Dieu imprègnent la société et la culture ? Si les Chrétiens ont une telle influence, cela signifie qu’ils auront une incidence perceptible sur diverses questions auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui, y compris la bioéthique ; la reconnaissance des droits de l’homme ; le caractère sacré de la vie ; le souci des sans-abri, des chômeurs et des pauvres ; la sauvegarde de l’environnement et bien d’autres questions qui sont d’une importance suprême.

Si nous regardons les paroles de Jésus dans notre lecture de l’Évangile de Saint-Matthieu, sa réponse à notre question est très claire. Il dit : « Vous êtes le sel de la terre » ; et « vous êtes la lumière du monde ». Selon Jésus, oui, les chrétiens font une différence ; et le fait que Jésus utilise les mots « de la terre » et « du monde », indique qu’il croit que l’influence de ses disciples (passés, présents et futurs) sera profonde. Examinons plus attentivement les deux métaphores utilisées par Jésus pour définir la nature de l’influence de ses disciples.

Le sel
Le sel était un produit très prisé dans le monde antique. Il était si précieux que les soldats romains étaient payés en sel ; et ils se révoltaient si l’on leur privait de leur ration. En effet, notre mot français « salaire » vient du mot latin salarium, qui signifie littéralement « sel-argent ».

Mais le sel n’était pas seulement prisé dans l’antiquité ; il se trouvait dans chaque foyer et dans chaque maison. La valeur du sel provenait de son application à d’autres choses. Pensez un instant aux trois utilisations historiques du sel. Tout d’abord, comme nous le savons, le sel était utilisé en tant qu’assaisonnement pour rehausser la saveur des aliments et pour en améliorer le goût. L’absence du sel rend la nourriture beaucoup moins intéressante.

Deuxièmement, le sel était utilisé comme un agent de conservation. Avant le développement du réfrigérateur et de la mise en boîte, le sel était fréquemment utilisé pour conserver la viande quand elle n’était pas fumée ou séchée. Emballée dans le sel, la viande ne se gâtait pas et pouvait durer des années.

Et troisièmement, le sel a traditionnellement été considéré comme ayant un effet curatif. Il avait des vertus médicinales. Avant l’époque de la médecine moderne, le sel était utilisé comme antiseptique. Il brûlait terriblement, mais le sel était souvent versé dans les plaies ouvertes pour les nettoyer de toute impureté.

En disant à ses disciples qu’ils sont le « sel de la terre », Jésus nous rappelle que notre façon de vivre notre foi est censée avoir un effet sur la vie de ceux qui nous entourent. Notre vocation est aussi d’agir en tant qu’agents de conservation, qui préservent les principes bibliques dans un monde déchu. Et notre témoignage est censé avoir un effet curatif, dans la mesure où nous apportons un message d’espoir et de pardon, et nous proclamons un Sauveur qui peut guérir les circonstances, les corps et les âmes humaines. Nous reviendrons aux aspects pratiques de ce ministère dans un instant.

La lumière
Etre le « sel de la terre » n’était qu’une partie de la vision de Jésus pour ses disciples. Au verset 14 de Matthieu 5, Jésus dit à ses disciples qu’ils sont aussi « la lumière du monde ».

Dans notre société contemporaine occidentale, il est difficile d’imaginer un monde sans lumière. Dans l’antiquité, quand la nuit tomba, il faisait complètement noir.

Quand on pense aux qualités de la lumière, nous nous rendons compte de plusieurs choses. Tout d’abord, la lumière doit avoir une source ; et en effet, si nous Chrétiens sommes la lumière du monde, nous sommes capables de l’être parce que Jésus est notre source de lumière. Jésus, qui se faisait appeler la Lumière du monde, est celui qui fournit la lumière qui est en nous.

La deuxième chose que nous réalisons à propos de la lumière est qu’elle se reflète. Et tout comme le sel assaisonne, préserve et guérit l’environnement dans lequel il est placé, la lumière est réfléchie dans l’espace environnant. Étant donné que l’obscurité est l’opposé de la lumière, même la plus petite lumière dans une pièce sombre se remarque immédiatement. Cela signifie que nous, qui sommes la lumière du monde, serons immédiatement remarqués dans des sphères de notre société qui sont assombries par le mal.

À votre avis, qu’est-ce que notre lumière réfléchie est destinée à accomplir ? Eh bien, puisque nous illuminons l’obscurité qui nous entoure, notre lumière montre à d’autres la nature dangereuse et pécheresse du monde dans lequel nous brillons. Mais plus important encore, comme Jésus le dit lui-même dans le verset 16, notre lumière doit briller devant tous les hommes, pour qu’ils voient le bien que nous faisons et qu’ils en attribuent la gloire à notre Père céleste. Dans le texte d’origine de ce passage, le mot grec pour « bien » est kalos, ce qui signifie « attrayant, beau ou merveilleux ». En remplissant notre rôle d’être la lumière du monde, et en laissant briller la lumière de nos bonnes œuvres, nous révélons le caractère de Dieu notre Père ; et nous invitons d’autres à se remettre à lui et à le louer.

Des mesures concrètes pour exercer une influence
Avec une détermination renouvelée, nous devons accepter le rôle que Jésus nous a assigné, à savoir être le sel de la terre et la lumière du monde. Et ce rôle a pour but de changer non seulement des personnes, mais aussi la société. Bien sûr, nous ne pouvons rendre la société parfaite ; mais nous pouvons l’améliorer.

Pour terminer mon message aujourd’hui, j’aimerais offrir une simple liste de quatre mesures concrètes que nous pouvons, vous et moi, prendre, afin que l’Eglise du Christ puisse avoir une grande influence sur des individus et la société. Les quatre mesures sont les suivantes :

Tout d’abord, la prière. J’espère que vous ne rejetterez pas cette mesure comme une platitude vide de sens. Nous devons commencer par la prière, parce que les Chrétiens croient que Dieu entend et répond à la prière. En priant, nous demandons d’abord à Dieu de nous montrer comment il veut précisément que nous soyons sel et lumière pour lui. Et puis, nous lui demandons de nous diriger, pour que nous puissions prier spécialement pour certaines situations. Si jamais vous doutez de l’efficacité d’une telle prière, je vous rappelle que lorsque le Président Marcos des Philippines a été renversé en 1986, les Philippins chrétiens n’attribuaient pas ce changement au « pouvoir du peuple » mais plutôt qu’à la « puissance de la prière ».

Deuxièmement, l’évangélisation. Comme je l’ai dit au début de ce message, si les chrétiens vont faire une différence dans ce monde, ce sera (entre autres) parce qu’ils témoignent de Jésus-Christ et invitent d’autres personnes à le reconnaître comme Seigneur. Je suis tout à fait conscient du fait que tout le monde n’a pas le don d’évangélisation ; mais même si nous n’avons pas ce don, tous les chrétiens ont un rôle à jouer. Nous pouvons tous nous engager dans ce que j’appelle la « pré-évangélisation » : nous pouvons avoir des échanges avec des amis, des membres de la famille, des voisins et des collègues de travail et leur parler du sens de la vie ; de ce qui est important ; et de pourquoi nous nous trouvons sur la terre.

Troisièmement, l’exemple. Par nature, les êtres humains aiment l’imitation ; et donc montrer l’exemple a beaucoup d’effet. Un seul chrétien qui prend une position sans compromis pour la droiture, encourage d’autres personnes à le suivre. Je connais une personne à Saint-Michaël qui vient de décider de démissionner de son poste important et bien rémunéré, parce qu’elle n’approuve pas les pratiques commerciales de son employeur. Plusieurs de ses collègues sont déjà venus la voir, pour lui dire qu’ils sont impressionnés par son courage. Mais comme vous le savez, l’influence d’exemples chrétiens n’est pas limitée à des individus ; un groupe de chrétiens dans une école, dans un hôpital, dans un bureau ou dans une usine peut changer l’ambiance du lieu et ses valeurs. Et L’Eglise Protestante Unie du Saint-Esprit est censée être un « signe du Royaume », un modèle de ce à quoi la communauté humaine ressemble quand elle se soumet à la règle de Dieu.

Et enfin, quatrièmement, l’action sociale et politique. Comme nous l’avons remarqué plus tôt, notre lumière doit briller devant tous les hommes, pour qu’ils voient le bien que nous faisons et qu’ils en attribuent la gloire à notre Père céleste. Les « bonnes œuvres » que nous pouvons faire sont nombreuses. Peut-être que Dieu nous appelle à nous engager dans un programme d’action sociale, comme la distribution de repas organisé par l’Armée du Salut. Peut-être que le Seigneur conduit certains d’entre nous de nous impliquer davantage dans le ministère pastoral de cette église. Ou peut-être Dieu nous appelle à agir en tant que citoyens responsables, à voter et à chercher à influencer les votes d’autrui ; à prendre la parole concernant des questions brûlantes actuelles et à participer au débat public. Nous n’avons pas le temps de parler plus précisément de ces nombreuses questions, dans lesquelles un témoignage chrétien identifiable manque souvent cruellement ; la chose importante est que vous et moi, nous savons que la possibilité d’exercer une influence est là.

Chers amis, j’espère que vous vous joindrez à moi aujourd’hui en prenant des mesures concrètes pour être le sel et la lumière de Dieu dans le monde. En nous engageant à prendre ces mesures, nous montrerons à des individus et à la société que les Chrétiens sont radicalement différents des non-Chrétiens ; et que nous voulons conserver notre identité chrétienne. Et personnellement, je crois que cela fera une grande différence !

Amen.