Matthieu 20, 1-16 – Moi, ouvrier de la 11ème heure !

Prédication du pasteur Samuel Amédro le dimanche 24 Septembre 2017

F&S, chers amis, le Seigneur notre Dieu a beaucoup d’humour. Il nous le démontre aujourd’hui encore au travers de ce bout d’Evangile qui nous est proposé aujourd’hui. Tout se passe comme s’il y avait une espèce de Providence divine… Mais que nous lisions cette parabole étonnante des ouvriers de la 11ème heure pour que je puisse vous la commenter doctement ne lui suffisait pas : il voulait nous offrir l’occasion de la vivre, de l’expérimenter, si je puis dire, en direct-live. Moi, ouvrier de la 11ème heure, dernier arrivé ici à Paris, dans ce quartier et dans cette communauté, moi qui n’ai encore rien fait, je viens ce matin vous griller la politesse, prendre le coupe-file réservé aux VIP, monter à la tribune pour prendre la 1ère place et toucher mon salaire au nez et à la barbe de tous ceux qui travaillent dans ce lieu depuis la 1ère heure, supportant comme dit le texte biblique le poids du jour et la grosse chaleur… Moi qui n’ai pas encore levé le petit doigt, je vais recevoir, par votre imposition des mains et sous la conduite éminente d’un représentant du Conseil Régional de notre Eglise, une onction toute spéciale de la part du Seigneur, une double ration de grâce et de bénédiction. Ce faisant, je glisse mes pas dans ceux de mes illustres prédécesseurs… Je veux parler bien entendu de Moïse (appelé par Dieu du milieu du buisson ardent alors qu’il n’était qu’un pauvre réfugié, un migrant au passé trouble), David (le plus petit des fils de Jessé qui reçoit l’onction royale des mains du prophète Samuel pour prendre la place du roi Saül), ou de l’apôtre Paul (l’ancien persécuteur de chrétiens qui se décrit lui-même comme l’avorton, le plus insignifiant des apôtres). Moi, Samuel, ouvrier de la 11ème heure que le maître vient juste d’embaucher pour travailler dans sa vigne avec vous tous qui m’avez précédé en ce lieu, j’ose espérer que vous ne m’en tiendrez pas rigueur de vous griller ainsi la politesse ! Et d’ailleurs là est l’humour du Seigneur à mes yeux, je sais déjà que vous ne m’en voulez pas, que vous n’en concevez aucune jalousie, aucune rancœur, aucun ressentiment : bien au contraire, depuis mon arrivée parmi vous, je n’ai reçu de votre part que des marques d’attention bienveillante et d’accueil aussi chaleureux que fraternel. J’ai bien compris que les ouvrier-e-s qui ont été embauché-e-s avant moi, parfois dès l’aube de leur vie, mais aussi celles et ceux qui sont arrivés un peu après, à la 3ème heure, 6ème heure ou 9ème heure, vous tous les ouvrier-e-s, vous vous réjouissez de voir arriver des forces vives non pas pour prendre votre relais et faire à votre place mais bien pour renforcer, donner de la vigueur, conjuguer nos talents, nos compétences et nos énergies pour le bénéfice de la vigne du Seigneur…

Et en lisant ce matin la parabole, j’ai compris que, pour vous comme pour moi, le Maître a pris la peine de conclure avec nous un accord pour un salaire décent et juste. Je n’ai pas entendu qu’il ait fait appel aux syndicats pour négocier avec les représentants du personnel ni qu’il ait passé un quelconque accord de branche mais le fait est que la parabole nous affirme que ce maître de maison qui sortit de grand matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne (…) convint avec les ouvriers d’une pièce d’argent pour la journée… Le Maître est donc venu passer un contrat avec ses ouvriers. Je tiens à rappeler que Jésus décrit ici le fonctionnement du Royaume des cieux : le Royaume des cieux est comparable, en effet, à un maître de maison qui sortit de grand matin… etc. J’en conclus donc que le Royaume des cieux fonctionne comme le protestantisme… Ou peut-être est-ce l’inverse ? Notre Eglise Protestante Unie de France essaie de mettre en pratique ce qu’elle comprend du fonctionnement du Royaume des cieux. En tout cas, je veux y voir une affinité avec notre culture protestante, notre manière de vivre en Eglise, de faire fonctionner notre Eglise et de concevoir notre rapport à l’autorité et au pouvoir. J’y vois moi, à la suite d’Olivier Abel qui s’opposait cette semaine encore sur ce point à Régis Debray, une théologie politique du contrat, du pacte, de l’Alliance qui se conquiert au bout de la discussion et du débat et qui tranche avec la traditionnelle culture jacobine française fondée bien plus souvent sur une théologie politique du Corps et de son unité indivisible fondée elle-même sur une autorité transcendantale personnifiée par une figure paternelle (le Corps du Roi, les Grands Corps de l’Etat, le Corps social, le Saint Père de l’Eglise Catholique). Plutôt qu’une autorité descendante paternelle qui structure le corps social de manière hiérarchique, la culture de notre Eglise entend privilégier une autorité horizontale plus fraternelle que paternelle dans une culture de type démocratique fondée sur une éthique de la discussion (dont parlait Habermas), une éthique de la parole échangée et de l’écoute réciproque. En tout cas, à défaut de toujours le vivre pleinement, nous le revendiquons fortement : chez nous, l’individu prime toujours sur la communauté (pensons à la parabole de la brebis perdue). Et l’adhésion des uns et des autres au contrat que le Seigneur entend passer avec chacun d’entre nous ne se conquiert que par la conviction personnelle et la décision éclairée en toute liberté de conscience.

Je voudrais ici m’arrêter une seconde pour prévenir celles et ceux qui, arrivés en ce lieu par hasard, par contrainte ou pour répondre à notre invitation, pourraient se sentir séduits ou attirés par un tel état d’esprit. Je voudrais les préserver d’une illusion d’optique qui pourrait laisser croire que face à la loi de la jungle qui semble régner dans le monde, la vie de l’Eglise offrirait un havre de paix sur terre en constituant une sorte d’antichambre du Royaume des cieux. Malheureusement, loin s’en faut ! Nous n’en sommes pas très fiers mais il nous faut vous avouer la vérité : cette manière de fonctionner qui se veut démocratique et ouverte ne nous rend pas plus aimables pour autant. Sur ce point, la parabole est sans illusion et sans faux-semblant : les hommes restent des hommes qu’ils soient dans l’Eglise ou non, le ressentiment des premiers passés en derniers éclate au grand jour et les murmures des contestations sont suffisamment forts pour arriver aux oreilles du Maître. Il y a dans l’Eglise comme dans le monde les mêmes conflits, les mêmes oppositions, les mêmes enjeux de pouvoir, les mêmes jalousies, les mêmes besoins de reconnaissance, le même esprit de comparaison quand ce n’est pas de compétition. René Girard aurait parlé du désir mimétique qui fait que l’on désire ce qui fait envie à l’autre du simple fait qu’il le désire.

Mais justement, tournant le dos à toute réponse verticale musclée qui tenterait de juguler l’opposition par la force, la parabole nous parle d’un Maître de maison qui prend la peine de rentrer dans la discussion, faisant droit à la parole de l’autre, fut-elle insolente, pour justifier sa décision somme-toute aussi souveraine que légitime. Laisse-moi t’expliquer mon ami : Je veux donner à ce dernier autant qu’à toi. Ne m’est-il pas permis de faire ce que je veux de mon bien ? Ou alors ton œil est-il mauvais que je sois bon ? Le Maître cherche à convaincre…

Mieux, le Maître commence son explication par un « mon ami » que je refuse de comprendre de manière cynique, paternaliste ou même ironique… « Mon ami » signifie que même dans le conflit la relation est préservée, tu restes mon ami. Cela signifie aussi que le Maître a quitté le piédestal hiérarchique du patron qui a le pouvoir d’embaucher pour se mettre sur le même plan que celui avec qui il a passé contrat : « mon ami » pose la relation dans l’horizontalité d’une discussion d’égal à égal. Mon Maître ne cherche pas à ce qu’on baisse les yeux devant lui. L’humiliation ne construit jamais rien de bon. Le Royaume de mon Maître ne nie pas la réalité parfois conflictuelle des relations humaines mais il refuse d’utiliser la facilité du rapport de force et de la violence qui écrase toujours le plus vulnérable et fait que les premiers sont toujours les premiers et que les derniers seront toujours les derniers, les riches toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres.

Je remarque aussi qu’il dit « mon ami » et qu’il ne dit pas « mon frère » en réservant son alliance de manière exclusive à ceux de son clan, de sa race, de son ethnie, de sa communauté, de sa religion ou de son église. Non, il dit : mon ami. Le royaume de mon maître se veut une communauté des « amis ». Et l’amitié se joue des frontières. On compare souvent la communauté ecclésiale à un communion fraternelle, une « con-frérie ». Ici, Jésus compare le Royaume des cieux à une véritable « société des amis », une « amicale » et qui plus est une « amicale laïque » en ce sens qu’elle ne connaît ni ne reconnaît aucun clergé, aucune prééminence de l’un sur l’autre, de l’un qui devrait ployer le genou devant l’autre. En ce sens, l’amitié me semble plus égalitaire encore que la fraternité. Souvenez-vous de la parole de Jésus dans l’Evangile de Jean : Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. (Jean 15,15)

Et cette amicale se fonde sur la confiance en la parole donnée et tenue : je ne te fais pas de tort ; n’es-tu pas convenu avec moi d’une pièce d’argent ? L’injustice eut été de ne pas tenir ma parole, d’oublier ma promesse. Ce qui est juste c’est que je respecte le pacte qui nous lie toi et moi. Que votre OUI soit OUI et que votre NON soit NON, dit Jésus, tout le reste vient du Mauvais (Matthieu 5,37) ! Moi, je tiens ma promesse. Je suis fidèle et tu peux me faire confiance.

Alors quel est le contenu de ce fameux pacte qui nous lie dans cette communauté au moins aussi amicale que fraternelle qui se réunit dans ce temple du St Esprit. Il faut pour le découvrir revenir un instant sur le début de la parabole pour essayer de découvrir la motivation qui pousse le maître de la maison à sortir de chez lui de grand matin dit le texte, dans le but d’embaucher des ouvriers pour sa vigne… Sorti à la 3ème heure, il en vit d’autres qui se tenaient sur la place, sans travail, et il leur dit : « Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui est juste. » Ils y allèrent. Sorti de nouveau vers la 6ème heure, puis la 9ème, il fit de même. Vers la 11ème heure, il sortit encore, en trouva d’autres qui se tenaient là et leur dit : « Pourquoi êtes-vous restés là, tout le jour, sans travail ? » Avez-vous senti comme moi cette obsession constante du maître ? Qu’est-ce qui le pousse ainsi à sortir de chez lui sans arrêt ni repos, depuis l’aube jusqu’à la dernière minute du jour ? S’il y en a un qui veut absolument faire baisser la courbe du chômage, c’est bien lui… Voilà la vérité essentielle qui se dit dans cette parabole :  notre Dieu a envie de nous, de chacun d’entre nous, moi y compris, l’ouvrier de la 11ème heure. Je ne dis pas qu’il a BESOIN de nous, je dis et j’affirme qu’il a du désir pour nous.

Eh bien, sachez que c’est très exactement ce que je suis venu faire parmi vous, chers amis, voilà quelle sera mon obsession constante auprès de vous en tant que pasteur : vous faire entendre l’appel de mon Maître qui n’a de cesse que de venir vous chercher pour vous mettre en route, rendre la capacité d’agir à ceux qui se sentent inutile parce que sans raison de vivre. Mon Dieu ne supporte pas de voir un seul de ses amis rester bloqué, scotché, paralysé, englué, enfermé, emprisonné. Mon Dieu est touché, ému aux entrailles, indigné même de ce qu’un seul de ses amis puisse rester par terre sans possibilité de relever la tête, sans possibilité de prendre en main sa propre vie pour gagner ce qui lui est nécessaire. Je suis témoin de ce Dieu qui veut ses ami-e-s debout. Et celles et ceux qui connaissent les tragédies qui ont ébranlé jusqu’au fondement de certaines de nos familles, comprennent alors qu’il y a des visages qui me viennent ici et que c’est à ces personnes que je pense d’abord avec émotion et amitié. J’ai été embauché par Dieu pour prendre soin de sa vigne ici avec vous, parmi vous, au milieu de vous et je le ferai de tout mon cœur. Mais comptez-sur moi également pour ne pas réserver cette énergie aux seuls frères et sœurs de la communauté : l’appel du Seigneur ne connaît ni frontière ni barrière : il veut être « bon » y compris avec les ouvriers de la 11ème heure, les derniers arrivés, ceux qui n’ont encore rien fait et qui ne méritent rien mais qu’il appelle « mon ami ».

Ce qu’il veut donner à ses amis (qu’ils soient ou non dans l’Eglise) n’est pas proportionnel à l’effort fourni. Sa bonté pour nous n’est pas indexée à un quelconque calcul de productivité (il ne s’agit donc pas de travailler plus pour gagner plus). Il n’est pas question non plus d’alimenter un quelconque « compte pénibilité » qui ferait que le salaire serait proportionnel à la difficulté rencontrée. En tant que calviniste convaincu, je sais que mon Dieu est souverain et qu’il lui est permis de faire ce qu’il veut de son bien, comme le dit si bien la parabole : car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes (Matthieu 5,45). En ce sens, je tiens à préciser aux responsables des autorités civiles qui nous font l’honneur et l’amitié de leur présence aujourd’hui que notre Eglise a toujours été et restera toujours une Eglise « pour les autres », cherchant à apporter ce qu’elle peut pour partager quelque chose de la bienveillance de Dieu dans l’espace public. Permettez-moi un seul exemple, à l’occasion du 500ème anniversaire de la Réformation, nous organisons ici-même le 29 novembre prochain une « disputatio » publique avec un rabbin, un musulman, un chrétien et un historien autour de cette question tellement importante : « Sommes-nous vraiment tous frères ? » C’est très exactement ce genre de « service public » que nous voulons apporter. Et nous espérons trouver en vous des partenaires dans cette laïcité bien comprise qui nous permette d’habiter tous ensemble notre espace public. En attendant, comptez sur nous, pour rester émus, touchés, indignés, mobilisés par tout ce qui blesse et abîme l’humain et la planète. C’est ce qui est écrit dans notre contrat de travail. C’est ce pour quoi nous avons été embauchés par le Maître de la Maison. C’est notre travail, notre vocation et notre joie. Amen.