Actes 1, v.3-14 et Luc 24, v.33-53 – « une fin et un début »

Jeudi 13 mai 2010 – Jeudi de l’Ascension, par Simone Bernard

 

Actes 1, v.3-14

3 à qui aussi, après avoir souffert, il se présenta lui-même vivant, avec plusieurs preuves assurées, étant vu par eux durant quarante jours, et parlant des choses qui regardent le royaume de Dieu. 4 Et étant assemblé avec eux, il leur commanda de ne pas partir de Jérusalem, mais d’attendre la promesse du Père, laquelle, [dit-il], vous avez ouïe de moi : 5 car Jean a baptisé avec de l’eau ; mais vous, vous serez baptisés de¹ l’Esprit Saint, dans peu de jours. 6 ▪ Eux donc étant assemblés, l’interrogèrent, disant : Seigneur, est-ce en ce temps-ci que tu rétablis le royaume pour Israël ? 7 Mais il leur dit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les saisons que le Père a réservés à sa propre autorité ; 8 mais vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous¹ ; et vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’au bout de la terre². 9 Et ayant dit ces choses, il fut élevé [de la terre], comme ils regardaient, et une nuée le reçut [et l’emporta] de devant leurs yeux. 10 ▪ Et comme ils regardaient fixement vers le ciel, tandis qu’il s’en allait, voici, deux hommes en vêtements blancs, se tinrent là à côté d’eux, 11 qui aussi dirent : Hommes galiléens, Pourquoi vous tenez-vous ici, regardant vers le ciel ? Ce Jésus, qui a été élevé d’avec vous dans le ciel, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en allant au ciel. 12 Alors ils s’en retournèrent à Jérusalem, de la montagne appelée des Oliviers, qui est près de Jérusalem, le chemin d’un sabbat¹. 13 Et quand ils furent entrés [dans la ville], ils montèrent dans la chambre haute où demeuraient Pierre, et Jean, et Jacques, et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques [fils] d’Alphée et Simon Zélote¹, et Jude [frère] de Jacques. 14 Tous ceux-ci persévéraient d’un commun accord dans la prière, avec les femmes, et avec Marie, la mère de Jésus, et avec ses frères.

Luc 24, v.33-53

33 Et se levant à l’heure même, ils s’en retournèrent à Jérusalem, et trouvèrent assemblés les onze et ceux qui étaient avec eux, 34 disant : Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon. 35 Et ils racontèrent les choses qui étaient arrivées en chemin, et comment il s’était fait connaître à eux dans la fraction du pain.

36 ▪ Et comme ils disaient ces choses, il se trouva lui-même là au milieu d’eux, et leur dit : Paix vous soit ! 37 Et eux, tout effrayés et remplis de crainte, croyaient voir un esprit. 38 Et il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi monte-t-il des pensées dans vos cœurs ? 39 Voyez mes mains et mes pieds ; – que c’est moi-même : touchez-moi, et voyez ; car un esprit n’a pas de la chair et des os, comme vous voyez que j’ai. 40 Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. 41 Et comme, de joie, ils ne croyaient pas encore et s’étonnaient, il leur dit : Avez-vous ici quelque chose à manger ? 42 Et ils lui donnèrent un morceau de poisson cuit et [quelque peu] d’un rayon de miel ; 43 et l’ayant pris, il en mangea devant eux. 44 Et il leur dit : Ce sont ici les paroles que je vous disais quand j’étais encore avec vous, qu’il fallait que toutes les choses qui sont écrites de moi dans la loi de Moïse, et dans les prophètes, et dans les psaumes, fussent accomplies. 45 Alors il leur ouvrit l’intelligence pour entendre les écritures. 46 Et il leur dit : Il est ainsi écrit ; et ainsi il fallait que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât d’entre les morts le troisième jour, 47 et que la repentance et la rémission des péchés fussent prêchées en son nom à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. 48 Et vous, vous êtes témoins de ces choses ; 49 et voici, moi, j’envoie sur vous la promesse de mon Père. Mais vous, demeurez dans la ville, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de puissance d’en haut.

50 ▪ Et il les mena dehors jusqu’à Béthanie, et, levant ses mains en haut, il les bénit. 51 Et il arriva qu’en les bénissant, il fut séparé¹ d’eux, et fut élevé dans le ciel. 52 Et eux, lui ayant rendu hommage, s’en retournèrent à Jérusalem avec une grande joie. 53 Et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.

Les deux lectures que nous venons de faire relatent l’une et l’autre l’Ascension du Christ. Elles émanent du même auteur, Luc, un médecin compagnon de Paul, et sont adressées au même Théophile.

Est-ce vraiment une simple redite, ou plutôt une vision différente du même événement ?

Replaçons-nous dans le temps. Où en sont les disciples de Jésus ? Ils ont vécu des heures, des jours terribles : l’arrestation de Jésus, son procès, sa crucifixion, sa mort, ces trois jours d’un silence lourd où ils se sont terrés, craignant pour leur vie, ne comprenant plus ce qui leur arrivait. Leur confiance dans ce maître bien aimé n’a plus d’assise.

Et puis il y eut cette merveilleuse nouvelle de la résurrection du Christ. Les preuves se multiplient : Jésus est vivant, reconnu par les uns et les autres. La joie revient. Vont-ils pouvoir reprendre le chemin, tous ensemble, comme autrefois ? Continuer ce ministère itinérant, écouter l’enseignement du maître, le voir consoler et guérir.

Mais la réalité est toute autre : Jésus leur est enlevé, à nouveau. Pas brutalement par les autorités politiques ou religieuses. Non, il les quitte en douceur pour aller vers son Père, ainsi qu’il le leur avait annoncé. Il en avait été de même pour le prophète Elie, ou Habacuc.

Et c’est bien pour cela que les disciples ne sont pas vraiment tristes, malgré la séparation. Il est même précisé : « ils retournèrent à Jérusalem pleins de joie et ils étaient sans cesse dans le temple à bénir Dieu ».

Ils ont compris que la présence de Jésus est devenue différente, intérieure en quelque sorte, ce que le Pasteur François Clavairoly qualifiait mardi de « présence-absence ». Ils ne sont pas abandonnés. Et ils ont une tâche à accomplir : être les témoins du Christ, partout sur la terre. Ils vont recevoir le Saint Esprit afin de réaliser l’œuvre dont ils sont chargés.

L’Ascension du Christ marque l’entrée définitive de Jésus dans le domaine céleste de Dieu – d’où il reviendra en un temps ignoré – mais qui entre-temps le cache aux yeux des hommes. Il nous précède dans le Royaume du Père pour que nous, membres de son corps, vivions dans l’espérance d’être un jour éternellement avec lui. Rappelons-nous ce qu’il dit à Marie de Magdala au matin de Pâques : « Va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu ».

Dans l’évangile de Luc, l’ascension de Jésus met un terme à son activité terrestre ; il annonce la parole en son nom et la conversion « générale ». Il annonce également la venue de l’Esprit : « Je vais envoyer sur vous ce que le Père a promis ». En parallèle nous lisons dans le livre des actes : « Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous ». Dans l’un et l’autre textes, nous trouvons la même injonction : vous serez mes témoins. D’abord ici, à Jérusalem, en Judée et en Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre. Et c’est bien ce qui est arrivé : Pierre et Jean à Jérusalem, Philippe en Samarie annoncent la bonne nouvelle. Paul et Barnabas se tournent vers les païens et continuent leur route vers Antioche, Iconium, Lystre…Paul poursuivra sa mission jusqu’à Rome où il finira sa vie.

A travers les apôtres, le message a été transmis, en dépit des difficultés, des luttes multiples, et il nous est parvenu, par delà les siècles. Nous ne le connaissons qu’à travers les Ecritures, les témoignages de ces hommes et de ces femmes qui l’avaient écouté, accompagné pendant son ministère terrestre. Ils furent les premiers témoins. Ceux qui vinrent ensuite, comme Luc, comme Paul, s’ils n’ont pas connu directement Jésus, ont pu recueillir le témoignage de ses contemporains, des disciples eux-mêmes.

Et les années se sont écoulées : les témoins « visuels » de l’Ascension ont quitté ce monde. Les récits se sont multipliés, parfois enjolivés. Mais la base demeure : l’Ascension du Christ marque la fin de sa présence parmi les hommes et le début de la longue attente de son retour en gloire.

A nous, chrétiens du XXIe siècle, de savoir être des témoins fidèles de ce Christ qui, enlevé au ciel, en reviendra au temps fixé par le Père.

Amen