Marc 1, 40-45 – Jésus guérit un lépreux

Un lépreux vient à lui et, se mettant à genoux, il le supplie : Si tu le veux, tu peux me rendre pur. Emu, il tendit la main, le toucha et dit : Je le veux, sois pur. Aussitôt la lèpre le quitta ; il était pur. Jésus, s’emportant contre lui, le chassa aussitôt en disant : Garde-toi de rien dire à personne, mais va te montrer au prêtre, et présente pour ta purification ce que Moïse a prescrit ; ce sera pour eux un témoignage. Mais lui, une fois parti, se mit à proclamer la chose haut et fort et à répandre la Parole, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville. Il se tenait dehors, dans les lieux déserts, et on venait à lui de toutes parts.

Amis frères et sœurs, nous poursuivons notre Evangile de Marc,Jésus qui inaugure son ministère en Galilée, en annonçant le Royaume Dieu et en guérissant des personnes malades, dites impures. Aujourd’hui dans notre Evangile du jour, Jésus va guérir un lépreux : guérison très humaine, mais qui dit humaine, ne dit pas sans mystère

En effet, le questionnement  que ce récit  soulève, interroge encore aujourd’hui.

On se demande pourquoi après avoir guéri un lépreux, Jésus se met en colère contre lui et le menace. Cette attitude de Jésus trop humaine fait couler beaucoup d’encre parmi les exégètes, avec des suppositions qui vont de l’idée que Jésus n’aurait pas voulu guérir le lépreux, qu’on lui aurait forcé la main,jusqu’à l’idée qu’il s’offusque contre la loi, ce qui est plus probable.

En tout cas, cette attitude de Jésus témoigne de son humanité. Elle  soulève une question existentielle très spirituelle : l’impuissance morale.

Cette impuissance morale, certains philosophes l’appellent l’empêchement de faire. Elle existe dans la vie courante matérielle et spirituelle ; elle est un problème récurrent de notre temps. On verra comment Jésus s’en libère.

Et ce sera frères et soeurs le thème de notre méditation.

Alors voyons ce que décrit ce récit : Le personnage principal est un lépreux qui s’approche de Jésus. Le lépreux, on l’a entendu tout a l’heure, représente dans le judaïsme, l’impureté par excellence. Elle dépasse le médical, et le symbolique, la peau frontière du dedans et du dehors, pour toucher le domaine du social et même du religieux. Ce qui est grave c’est qu’elle  coupe le malade de la RELATION avec la communauté́ et avec la synagogue.

Une personne malade pour appliquer les prescriptions de pureté́ de la Loi du Lévitique doit donc s’éloigner. La fin de sa maladie et de son état d’impureté n’est pas sa guérison physique, mais sa réhabilitation sociale et religieuse dans la communauté.

Alors notre lépreux malgré ces dispositions va enfreindre la loi mosaïque et s’approcher de Jésus au risque de le rendre impur, lui disant, si tu le veux (revêtir le péché)  tu le peux. Jésus le veut et le touche, car en le voyant ainsi, il est ‘ému aux entrailles’.

Ce verbe n’est  utilisé que pour Jésus lorsqu’ il est ému humainement devant la mort possible d’un homme. Sa mort lui rappelle la sienne. Avec l’énergie de la résurrection. Il le guérit. Mais en touchant ce lépreux, Jésus devient impur aux yeux de la loi

Alors pourquoi après la guérison Jésus se met-il  en colère ? Qu’est ce que sa colère ?

SA colère est la PROLONGATION de son EMOTIONHUMAINE. De même qu’il est ému aux entrailles, de même qu’il est impur, il est en colère : on est dans la même émotion.

La colère, si vous regardez le dictionnaire est une émotion humaine du  type « humeurs », qui crée de la bile, des influx nerveux et autre ». Ce mot a donné même le mot  choléra que l’on peut  rapprocher de la peste de cet homme. Dans sa colère, Jésus  est humain comme le lépreux. Impur il revet en plus de l’impureté, une sorte de « péché  d’humanité ».

Pourquoi  se met-il en colère alors qu’il a guéri le lépreux ?

Est-ce parce qu’il a pris des risques terribles vis a vis du Judaïsme et que la LOI est injuste

Est-ce parce que cette guérison sera incomprise va  le conduire à la mort ?

Est ce que parce que personne ne peut comprendre la guérison spirituelle, avant sa Croix et sa Résurrection : (le secret messianique) et il pressent qu’après la Résurrection ce sera pareil.

En fait toutes ces raisons sont englobées : cela touche l’INCOMPREHENSION.

Jésus est en colère par  impuissance  humaine;  il sent et pressent en SON HUMANITE qu’on  on ne comprend pas la GRACE, la vie en Dieu, et que la guérison  spirituelle n’est pas comprise. GUERISON qui est VIE.

On s’arrête à l’EXTERIEUR  de la peau et non à la vie

En se disant cela c’est toute sa prédication qui tombe : le Royaume de Dieu qui approche, que  la grâce de Dieu sauve et guérit.

Non seulement le visible est incompris mais a fortiori, l’INVISIBLE don de vie est rarement compris, la GRACE est incomprise. Pas de guérison de l’âme. impuissance

A transmettre. C’est pour cela que Jésus veut que le lépreux taise sa guérison

Parce que même le lépreux n’a même pas compris sa guérison. Trop tard il parle….

Alors qu’est ce que  fait Jésus pour sortir de sa colère de cette impuissance que pourrait avoir toute personne.

Jésus va faire les 3 choses que les psychanalystes de la Gestalt recommandent (Anne Ginger) pour sortir de l’impuissance morale ..(ce texte est très moderne) mais dont la dernière a une grande profondeur spirituelle qui vraiment appartient à Jésus.

-1/ Exprimer son émotion. Lorsqu’on  se sent  impuissant,  il faut exprimer sa colère et  mettre des mots dessus. C’est ce que fait Jésus : il se met en colère et menace avec des mots

-2/ Lâcher prise. C’est ce que Jésus  fait puisqu’après sa colère, il va changer d’attitude, et va être dans le conseil vis à vis de l’homme qu’il a sauvé.

3/ Mais surtout : Retrouver le fil de l’agir : l’actionc’est prendre l’énergie de vie que donne Dieu et CREER malgré sa révolte.  Il va le guérir, mais il va envoyer cet homme le lépreux, vers le domaine qui provoque sa colère, la loi, en le réinsérant dans le monde.En faisant valider sa guérison. Il dit au lépreux va te montrer au prêtre  et offre un sacrifice pour ta purification.

Au lieu de continuer à être en rupture avec la LOI , Jésus VA ROMPRE LA RUPTURE Plonger dans ce qui fait le plus mal. Il va  rapprocher le lépreux de la loi.

Rompre la rupture, c’est sortir du péché. Le péché est la RUPTURE.

Cette façon de faire ressemble à l’idée de tendre sa joue gauche , d’aimer ses ennemis et autre.

Au fond, il le pousse vers la RELATION vers les prêtres .Mais lui demandant de ne pas parler de la grâce  qu’on ne  comprend paspour le moment et qui sera tout entière récapitulée en la Croix et la Résurrection dans le don de sa personne, Chris, grâce qui délivre du péché..Le lépreux n’a pas compris la guérison spirituelle, il  alla lerépéter ce secret avec beaucoup de paroles. Il a échoué

Alors qu’est ce que cette belle parabole peut nous dire. ?

La vie spirituelle est difficile. Dès qu’il y a humanité, il y a non vision du spirituel.

Non clairvoyance de la foi, de l’amour, de la VIE.

Chaque homme a affaire avec une impuissance spirituelle.Il ne se sent pas guéri spirituellement.Il y a un empêchement de faire, de communiquer la FOI, et  l’amour, dans les liens familiaux, et autre.Le don de la  grâce, se comprend difficilement,

De même ’homme ne comprend pas son ultime ni l’ultime de l’autre, ni la vie en Christ,

 

C’est la conséquence du péché  (non clairvoyance de la foi) Nicolas Berdiaev, dans de la destination de l’homme, éthique de l’impossible » en parle magnifiquement.(Toute la Bible en parle, tout l’art émane de cet empêchement ,commele dit Saura, Tapies, Bram Van Velde).

-Pour sortir de l’impuissance morale,comme le fait Jésusterrassé par son humanité quand il a  été touché par le lépreux, impur, il est possible qu’il faille d’abord faire sortir ses émotions. Et après lâcher priseet retrouver le fil de l’agir avec la force de l’Esprit que Dieu donne C’est lorsque je suis faible que je suis fort.

Et là se demander ce qui nous donne cette impuissance.  L’impuissance morale a souvent affaire avec une RUPTURE. Il faut la trouver.Et là essayer de  ROMPRE avec cette  RUPTURE : aller ou cela fait mal, comme Jésus qui retourne vers l’homme de la loi.

Jésus Touche l’impur, ne l’oublions pas.

L’Esprit Saint transfigure. C’est l’Esprit de Résurrection.

Il est possible de transfigurer sa blessure.C’est possible. Que là où cela faisait mal, un bien extrême en ressorte. Combien j’ai vu de réconciliation, dans les familles dans les couples ainsi.De là ou il y a du mal : résurrection. Rompre cette rupture ; Retrouver la RELATION.

Il faut retrouver  laRELATION . C’est cela sortir du péché. C’est recevoir la vie.C’est comme la lèpre  et le judaïsme,  on est guéri quand on revient en relation….C’est je crois mon message.

Christ se trouve au milieu des autresdans la RELATION,.On y perçoit la Grace.

La RELATIONà l’autre inverse la non-vision de la GRACE, elle en TEMOIGNE ,

elle témoigne du Christ.  (Là où 2 ou 3 sont réunis en mon nom je suis au milieu d’eux.)

On y trouve de quoi sortir de l’empêchement de voir et de faire..C’est le travail de notre Eglise. C’est le miracle de la vie. Je crois que quand on le comprend on est guéri.

Amen

 

 

 

Marc 1, 21-28 – L’homme possédé d’un esprit impur

dimanche 1er Février 2015, par le Pasteur Béatrice Hollard-Beau

Ils entrent dans Capharnaüm. S’étant rendu à la synagogue le jour du sabbat, il se mit à enseigner. Ils étaient ébahis de son enseignement ; car il enseignait comme quelqu’un qui a de l’autorité, et non pas comme les scribes.Il se trouvait justement dans leur synagogue un homme possédé d’un esprit impur, qui s’écria : Pourquoi te mêles-tu de nos affaires, Jésus le Nazaréen ? Es-tu venu pour notre perte ? Je sais bien qui tu es : le Saint de Dieu ! Jésus le rabroua, en disant : Tais-toi et sors de cet homme. L’esprit impur sortit de lui en le secouant violemment et en poussant un grand cri. Tous furent effrayés ; ils débattaient entre eux : Qu’est-ce donc ? Un enseignement nouveau, et quelle autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent ! Et sa renommée se répandit aussitôt dans toute la Galilée.

Amis frères et sœurs, la question de l’autorité est souvent au centre des débats aujourd’hui. Qu’est ce qui fait autorité ? Autorité dans les religions, l’autorité parentale qui est remise en cause, celle de l’enseignant, du maitre d’école, l’autorité des institutions, et même l’autorité des Ecritures, (au dernier synode, il a été demandé d’y consacrer un synode entier).

Si l’autorité est questionnée aujourd’hui, il faut le dire franchement, c’est qu’elle est

contestée de tout bord. Selon l’avis des sociologues, l’autorité verticale du chef, ou d’une institution, est souvent remise en cause par une autorité horizontale et diffuse des réseaux sociaux via internet, qui lorsqu’ils s’accordent avec la première, permet une vraie culture du vivre ensemble, et si non, mène à situations complexes, voire parfois totalitaires…

Alors, notre texte de l’Evangile de Marc ce matin va faire état aussi d’autorité : l’autorité de Jésus, ou plutôt de son enseignement , devant la quelle toute la synagogue s’incline.

Il est dit ce verset : il enseignait en homme qui a autorité …(intéressant le mot homme !)

Cette autorité de Jésus est intéressante à analyser car elle complète cette question de l’autorité , tant pour une personne ayant une fonction qui demande de l’autorité, que tout un chacun pour faire face et avoir autorité sur sa vie.

Alors déjà, l’autorité vient de auctoritas ou exousia qui veut dire qui faire croitre.

Si l’on prend les 3 catégories avec lesquelles Max Weber défini l’autorité est ce qu’on reconnaît l’autorité de Jésus ?

MW attribue à l’autorité 3 possibilités :

– L’autorité par tradition, qui serait le fruit d’un l’héritage. Par exemple, le père dans une société patriarcale, le roi dans un régime monarchique.. .. Là ce n’est pas le cas pour Jésus.

– L’autorité par charisme, légitimée par les qualités exceptionnelles d’une personne.

Oui, Jésus avait du charisme, mais n’avait aucune légitimité car il contredisait le pouvoir religieux en place, donc le charisme était remis en question.

– L’autorité par raison. L’autorité du chef fondée sur la rationalité d’un propos connu;

Pour Jésus ce serait plutôt le contraire : Il est dit dans notre récit que jésus enseigne contrairement aux scribes. Ces derniers étaient rationalistes, légalistes et accablaient plutôt que de libérer ;

la PAROLE DE JESUS n’était pas rationaliste , elle était INSPIREE par L’ESPRIT, faisait AUTORITE par ce que l’Esprit fait AUTORITE . Elle était agissante.

Alors n’y a-t-il pas autre chose dans ce texte qui permette de comprendre l’autorité de Jésus? Si ! Il y a des traits de l’action de Jésus passionnants dans le texte parce que très HUMAINS, et qui apportent à la compréhension de l’autorité :

-D’abord dans le récit, Jésus est attaqué par un homme, qui l’appelle Jésus de Nazareth, ce qui veut dire Jésus de rien du tout. Cet homme dit que Jésus est venu pour les détruire. Cet homme, appelé possédé, serait appelé aujourd’hui plutôt paranoïaque, ou skysophrène ; il a un syndrome de persécution c’est la définition du paranoïaque.

Et là, alors que l’homme décompense sur Jésus, Jésus au lieu de sur-réagir vis à vis de sa

propre dignité, Jésus prend sur lui. Il ne s’occupe que de libérer l’homme de son poids.

Et comment ?

– Sa PAROLE a autorité sur l’esprit impur, l’esprit est vaincu ; mais aussi, plus pratiquement et de manière humaine, au lieu de se vexer et d’écarter cet homme de lui, ce qui est frappant c’est que Jésus ne s’attaque qu’à ‘l’impureté’ de ce mal, de cet Esprit . Il ne le fait pas en enfermant l’homme comme cela se faisait à l’époque, mais en SEPARANT l’homme de son mal impur.(il le fait taire). Jésus ne confond pas le mal et son sujet l’homme. Il montre une grande LIBERTE dans ce comportement. Façon NOUVELLE d’enseigner, qui a autorité.

Au fond si Jésus ne se laisse pas attaquer, et ne se pose pas en victime attaqué, c’est qu’il a le charisme et la LIBERTE de guérir et ceci parce que Jésus agit en se référant à PLUS HAUT que lui : Dieu, l’Esprit. SA PAROLE (comme il est dit quelques versets plus haut) émane de sa FOI en le royaume de Dieu qui approche

Son autorité est liée au fait que sa FINALITE n’est pas lui même . SA PAROLE, émane de cette FOI en L’ESPRIT . Il y puise la LIBERTE qui lui permet que sa Parole guérisse.

Alors IL LIBERE en séparant l’homme de l’esprit impur, comme s’il le remettait en état pour que cet homme aussi libre puisse vivre par l’Esprit. (comme Christ)

Alors cette façon de faire de Jésus est importante à entendre dans notre vie de chaque jour.

Autant pour l’homme qui un une fonction qui demande autorité, que chacun pour sa vie.

Bien sûr on peut avoir en tête les classifications de l’autorité que décline Max Weber : tradition, charisme, et rationalité. On peut également se fier à un ouvrage plus récent : celui de Michel Serres, Petite Poussette , qui dit que seule la COMPETENCE aujourd’hui fait autorité puisque les gens sont tellement surinformés, parce qu’ils contrôlent tout avec la petite poussette d’internet.

Mais cette compétence est-elle autorité, dure-t-elle, est-ce qu’elle LIBERE, est-ce qu’elle fait croitre. Est-ce qu’elle est forcément respectée ?

Si la personne compétente est asphyxiée par les problèmes ou les autres , par une réputation, un ego surdimensionné, a –t-elle de l’autorité ? NON je ne crois pas.

Comment faire ? L’exemple Jésus est intéressant. (Outre sa Parole qui fait autorité) . Est-ce que la CLE de l’autorité d’une personne, celle qui fait croitre, n’est pas de faire comme Jésus s’en remettant à plus HAUT que soi. Servir autre chose, pas soi-même, ne pas avoir comme une fin en soi, son propos, mais sa MISSION (envoyé par quelqu’un) . Quand on voit élus dont la mission est plus de se servir, qu’à servir , ou plus leur réélection, que d’ être service de leur institution , ou du ‘bien commun’.

Etre envoyé par PLUS HAUT QUE SOI, permet de SERVIR et d’avoir autorité. C’est

avoir un au-delà, un idéal, c’est cela honorer une MISSION.

Cela donne une liberté qui permet de libérer l’autre , qui seule de fait croitre, qui permet de relativiser et de ne pas tout jeter. Ecarter le bon du mauvais, le pur de l’impur, discerner, relativiser.

Jésus est animé par l’Esprit Saint dans sa MISSION . Il se réfère à Dieu, à l’Esprit .

Il est même dans la SOUS-MISSION. L’obéissance . (parakuo, au dessous de l’écoute)

Pas au sous-mission au sens autoritaire et aveugle, mais au sens d’un service.

(C’est la façon dont les orthodoxes perçoivent l’AUTORITE De la trinité. Le fils est sou-mis au père, le Père au fils, l’Esprit saint au Père. Il y a un partage dans la sous-mission)

Alors Frères et sœurs, si cette question de l’autorité est importante, c’est que l’autorité ne concerne pas uniquement les gens qui ont des responsabilités nationales. Chacun EST FACE à l’autorité de sa vie. Il peut être mutilé par quelqu’un d’autre à côté, par un problème personnel, ou même par soi-même, et là il doit avoir autorité sur sa vie. Avoir autorité sur sa vie, n’est –ce pas aussi s’en remettre à quelque chose de supérieur. Etre envoyé par autre chose ; C’est peut –être cela aussi chercher le SENS : pour certains ce sera chercher spirituellement un idéal, pour d’autres faire la volonté de Dieu. Il faut le chercher ce lien dans la foi.

Quand on a une souffrance, face à l’autre qui vous fait du mal, ou face à soi-même si l’on est mal ou qu’on se sent coupable, il faudrait s’inspirer de ce que Jésus reçoit, cette LIBERTE de l’Esprit : pouvoir écarter le bon du mauvais, ce qui relève de la lettre et de l’Esprit, et ne pas tout rejeter en masse, ou ne pas subir tout en totalité, ne pas prendre en pleine figure, C’est peut –être cela se soumettre à la volonté de Dieu. Faire entrer l’Esprit de Dieu :la VIE.

La Parole du Christ fait autorité. Elle fait ce qu’elle dit. Elle guérit. Mais cela n’exempt pas l’homme de REAGIR AUSSI, de pouvoir utiliser sa liberté pour séparer ce bon du mauvais, au nom d’une Parole qui fait autorité . Cela peut être aussi avoir le sens de D’HUMOUR. Relativiser, être dans la liberté DE CONFIANCE ; cela permet la création.

Parce que au fond si l’on peut avoir autorité sur sa vie, C’est que la Parole de Christ a autorité. C’est LUI qui a pris sur lui le mal , C’est lui qui nous affranchi.. Si l’on peut prendre sur nous c’est que c’est LUI qui nous envoie l’Esprit, c’est lui qui trie le pur et l’impur. C’est lui le PUR, C’est lui le « SAINT de Dieu « dit le possédé, qui nous donne la force de pouvoir être libérer et de libérer et faire croître notre proche.

Ces derniers jours, certains peut –être ont eu la chance d’entendre à la radio ou à la télévision, les témoignages de personnes qui ont pu échapper à des camps de concentration.

C’est impressionnant, certaines personnes ont pu se sortir, du BESTIAL, de l’horreur PAR L’ESPRIT ou par Dieu ou Christ , ou un simple témoin de la PAROLE qui agit. Ils arrivaient tout à coup à séparer le mal du reste. Ils arrivaient à vivre leur MISSION de vie. Dans cette autorité, ils ont entrainé d’autres.

De la Trace de l’Esprit, au Geste de faire croître, Gloire à Dieu, au Christ le SAINT de Dieu qui a pris sur lui, avec sa parole qui a autorité ; il nous permet de vivre ensemble en horizontalité, en communauté. Il nous rend capable de vivre et de croitre. Il nous donne l’autorité d’être en mission pour discerner, aider et témoigner. Au nom de Jésus-Christ.

Amen